Vous êtes ici

Djillali Hadjouis, paléontologue, journaliste Radio ArtsMada interviewe Philippe Petit

Date de l'émission: 
Mercredi 28 Mars 2018

Lien pour écouter l'émission du 28 avril: http://arts-mada.fr/podcasts/le-pied-a-l-etrier-du-28-mars-470

Philippe Petit effectue un rapprochement des plus intéressants et audacieux entre la paléontologie et le judaïsme se référant à l’histoire des origines dans la Thora et à l’histoire de la Terre dans un livre d’une grande richesse quant aux informations paléontologiques issues de connaissances scientifiques récentes. Les écrits de la Thora sont très proches des découvertes scientifiques du XX siècle. Le judaïsme s’est construit autour d’une idée centrale, fondatrice : tout ce qui est premier. Entrer dans la résonance des origines, c’est exister dans le silence éternel. C’est une mise en relation avec notre  propre existence, un « être-là », un laisser-agir dans le silence où tous les possibles se révèlent à partir d’un commencement. Pour Hannah Arendt, les êtres humains sont des « êtres de commencement ».Toutes les activités du peuple juif s’articulent autour de la notion de commencement. Quelques exemples.

Les modalités du shabbat traduisent un savoir intuitif des origines de l’Univers, proches de connaissances en astrophysique. La prédominance du féminin dans l’identité juive indique une connaissance biologique des origines de la vie, notamment le rôle prépondérant des protéines maternelles dans la transmission des mémoires.  La circoncision pour les masculins perpétue un féminin originel et sa transmutation en masculin-féminin, proches de connaissances actuelles en embryologie. Le pain azyme témoigne d’une connaissance intuitive d’un désordre occasionné par des organismes venus de la nuit des temps (soit 3 milliards d’années), des bactéries, des champignons, des parasites. Ce choix correspond aujourd’hui à des découvertes » en immunologie, bactériologie, virologie. Les animaux non mangés dans un régime casher sont apparues les premières sur la planète, existant aux ères géologiques primaires et secondaires. Les espèces consommées ont émergé après la disparition des dinosaures. La graisse, le sang, les nerfs sont autant de structures primitives à l’origine des animaux. Très connus aujourd’hui, les perturbateurs endocriniens sont des perturbateurs de graisse et des désorganisateurs dans la transmission de la vie (génétique, toxicologie nouvelle, dite inverse). L’arche de Noé manifeste la continuité des espèces, dont parlent aussi les biologistes moléculaires, les généticiens, les paléontologues.

La dernière partie du livre aborde les migrations qui ont été moteurs d’un cheminement de la pensée pour les premiers hominidés et ont été au centre de la dispersion du  peuple juif dans le monde.  De d’Eden à Jérusalem symbolise la sortie de la vallée du Rift vers l’Afrique, puis vers le monde en passant par le seul passage terrestre existant, Israël. Les Dix commandements structurent un comportement social autour de la notion de commencement (Dieu à l’origine de toutes choses) ainsi qu’un altruisme initié dans le comportement maternel envers sa progéniture, toutes espèces confondues.

Djillali Hadjouis, paléontologue et paléo-anthropologue au Laboratoire d’Archéologie du Val de Marne. Il est co-auteur d’un ouvrage intitulé « l’identité humaine en question » qui sont les actes d’un colloque qui organisé par le Conseil Général du Val de Marne et « la paléo-ondologie » aux éditions 

Sujets abordés: 
Coïncidences entre le "Judaïsme et sciences de l'Evolution".
Mes invités: 
Djillali Hadjouis, paléontologue, paléo-anthropologue au Laboratoire d’Archéologie du Val de Marne, journaliste Radio ArtsMada